Une intelligence artificielle pour prévenir les suicides

Une intelligence artificielle pour prévenir les suicides

176
0
<<<
>>>

intelligence artificielle suicideSera-t-il un jour possible de prédire un suicide uniquement grâce à une machine ? C’est ce qu’envisagent des chercheurs des universités de Floride et du Tennessee qui se sont appuyés sur 5 000 dossiers médicaux de patients concernés par l’auto-mutilation afin de mettre au point une intelligence artificielle (IA). Leur objectif ? Déceler rapidement les personnes fragiles et réduire le nombre de victimes.

Tentative de suicide : des facteurs déterminants

Pour mettre au point cette IA, les chercheurs ont comparé les dossiers médicaux des personnes ayant commis une tentative de suicide (soit 3200 personnes environ) à ceux des personnes qui n’avaient pas été jusque-là. Ils ont alors mis en évidence un ensemble de critères qui pourraient prédire une tentative de suicide, comme les troubles du sommeil.

Des résultats concluants

Ainsi obtenue, l’IA a permis de prévoir dans 80 % des cas qu’un patient allait tenter de se suicider dans les deux ans à venir, et dans 84 % des cas lorsque le test était réalisé une semaine seulement avant l’événement.

Et les résultats sont encore meilleurs lorsque l’IA s’intéresse à la population générale. La technologie atteint ainsi 84% de réussite pour une détection deux ans avant et 92% pour une détection une semaine avant.

Compléter l’expertise humaine

Selon Colin Walsh, l’un des auteurs de l’étude, cette IA n’a pas « vocation à remplacer les expertises faites en clinique ». Il estime que les deux approches ont des côtés positifs et des côtés négatifs, et qu’elles doivent donc se compléter. Le principal problème avec l’expertise clinique est son coût. En ce sens, l’intelligence artificielle permet de rassembler de nombreuses données cliniques à moindre coût.

Cet outil devrait être testé à grande échelle d’ici deux ans. Les chercheurs envisagent de l’utiliser sur les réseaux sociaux afin d’identifier les profils inquiétants.

A lire aussi : La dépression : parlons-en

Laissez votre commentaire