Un test d’haleine pour dépister 17 maladies

Un test d’haleine pour dépister 17 maladies

252
0
<<<
>>>

haleine 17 maladiesDes chercheurs du Technion-Israel Institute of Technology, en collaboration avec d’autres scientifiques dans le monde, ont inventé une puce capable de détecter 17 maladies à partir d’un test d’haleine. L’avantage de ce dispositif ? Il permettrait de mettre en place un dépistage plus facilement qu’une analyse sanguine et moins intimement que le dépistage de sang dans les selles, actuellement proposé pour les cancers du colon par exemple.

Une analyse de la composition de l’haleine

Pour mettre au point cette puce, les chercheurs se sont appuyés sur d’anciennes recherches mettant en évidence un possible dépistage grâce à l’haleine. L’air expiré contient, en effet, plusieurs composés organiques volatils qu’il est possible de détecter. Lorsqu’une personne est malade, certains de ces composés présentent alors des anomalies spécifiques à chaque pathologie. Des scientifiques avaient d’ailleurs déjà imaginé des instruments capables de détecter la présence de pathologies grâce à l’haleine, mais ces dispositifs se concentraient uniquement sur un seul type de maladie.

L’intérêt de ce nouveau test est qu’il permettrait de détecter 17 pathologies comme des cancers (poumon, tête et cou, côlon, ovaire, vessie, prostate, rein…) la rectocolite hémorragique, le syndrome de l’intestin irritable, la sclérose en plaques, l’hypertension pulmonaire, la maladie de Parkinson, celle de Crohn ou encore la pré-éclampsie. Le test aurait également l’avantage de déceler la présence de plusieurs maladies lorsque celles-ci se cumulent.

Des résultats encourageants

Les chercheurs ont évalué l’efficacité de leur puce grâce à un test clinique réalisé auprès de 1044 volontaires. Deux groupes ont ainsi été comparés : un premier groupe composé d’individus sains et un second pour lequel chaque volontaire présentait au moins l’une des 17 pathologies. Le test s’est avéré efficace dans 86 % des cas. Les chercheurs se montrent donc optimistes quant à la commercialisation du test dans les années à venir. D’après eux, à la fois facile à utiliser et peu coûteux, il pourrait être utilisé pour le dépistage, mais aussi le suivi personnalisé de ces maladies.

A lire aussi :

Laissez votre commentaire