Un nourrisson décède après la prise de vitamine D

Un nourrisson décède après la prise de vitamine D

238
0
<<<
>>>

nourrisson vitamine DÀ Paris, un nourrisson de 10 jours est décédé par arrêt cardiaque le 22 décembre dernier après la prise d’une dose d’Uvestérol D, médicament destiné à pallier le manque de vitamine D chez les nourrissons et jeunes enfants. La mort ne serait pas liée à la molécule du médicament mais à son mode d’administration par pipette.

Des risques connus

Depuis plusieurs années, de nombreux spécialistes ne cessent d’alerter les autorités sanitaires des risques de l’Uvestérol D. La revue indépendante Prescrire recense, depuis 1996, des dizaines de malaises et de fausses routes plus ou moins graves de nourrissons après l’administration de ce médicament par pipette. Le communiqué de l’ANSM (Agence Nationale de Sécurité du Médicament) précise quant à lui que « depuis 1990, date de la mise sur le marché de l’Uvestérol D, aucun décès n’a été imputé à l’administration de ce produit ». Une affirmation qui a du mal à passer pour les experts…

Les experts en désaccord

Concernant l’avenir du médicament, tous ne s’accordent pas. Certains réclament sa suspension, dans la mesure où il existe plusieurs alternatives. La revue Prescrire appelle à l’éviter pour le traitement ou la prévention de la carence en vitamine D.

Pour d’autres, la mesure devrait être moins radicale, puisque c’est le mode d’administration qui pose problème. Ainsi, le pédiatre Robert Cohen a confié à Europe 1 que « tous les jours des centaines de milliers d’enfants reçoivent de la vitamine D. En son absence, une maladie, le rachitisme, peut se développer et être très grave. (…) Il faut améliorer ou changer le mode d’administration de la vitamine D. Elle reste utile ». La composition du médicament avait d’ailleurs déjà été modifiée en 2014 pour limiter les risques de « fausses routes » et la notice avait également été changée pour davantage informer les parents. Les pharmaciens et médecins avaient alors reçu des fiches conseils destinées à rappeler les règles de bon usage de ces médicaments.

D’après l’ANSM, « des investigations sont en cours pour déterminer les causes exactes du décès et savoir s’il est susceptible d’être imputé [au médicament] ». Des résultats très attendus du grand public, et notamment des jeunes parents.

[EDIT 04/01/17]

Ce mercredi 4 janvier, l’ANSM a publié les conclusions de ses investigations. Elle reconnaît qu’il existe un lien probable entre le décès du nourrisson et l’administration de l’Uvestérol D. L’agence lance donc, par mesure de précaution, « une procédure contradictoire auprès du laboratoire en vue de la suspension de la commercialisation de sa spécialité Uvestérol D, dans les prochains jours ». L’ANSM précise que « l’intérêt de la supplémentation en vitamine D n’est pas remis en cause. Seule la spécialité Uvestérol D administrée avec une pipette est concernée ». Elle indique alors aux jeunes parents que d’autres spécialités contenant de la vitamine D sont disponibles pour les nourrissons.

A lire aussi :

Laissez votre commentaire