Un bébé naît handicapé après l’interruption de la grossesse

Un bébé naît handicapé après l’interruption de la grossesse

1213
0
<<<
>>>

bébé vivant imgDans le Pas-de-Calais, une jeune femme a accouché d’un bébé vivant et handicapé alors qu’elle venait de subir une interruption médicale de grossesse (IMG) en accord avec son équipe médicale. Un cas extrêmement rare rapporté par la Voix du Nord.

Une IMG programmée suite à l’annonce du handicap de l’enfant

Alors qu’elle était enceinte de huit mois, la future maman, suivie par le centre hospitalier de Boulogne, est envoyée à Lille pour subir une IRM. Le résultat est sans appel : le cerveau du bébé ne fonctionne pas correctement. D’après les médecins, il naîtra fortement handicapé.

Après concertation entre les équipes médicales et avec l’accord de la famille, une IMG est programmée dix jours plus tard. Un temps durant lequel la famille organise les funérailles de l’enfant.

Le lundi 24 juillet, l’opération a finalement lieu. À son issue, le corps médical constate l’arrêt du cœur de l’enfant et informe la famille du décès. La jeune femme s’apprête alors à accoucher d’un enfant sans vie.

Le bébé est vivant

Mais surprise, lors de l’accouchement, l’enfant se met à crier. « Le bébé est vivant. Il pleure, mange et bouge. On ne comprend pas ce qui a pu se passer et on n’a pas d’explications de la part de l’hôpital », souligne le père. L’enfant est bien en vie, mais handicapé.

De leur côté, les médecins évoquent un cas exceptionnel : « Nous avons vérifié le déroulé de l’opération et il n’y a pas eu d’erreurs médicales commises par les praticiens qui ont pratiqué l’opération. Nous sommes face à un échec de l’IMG. C’est rare, mais ça arrive » a indiqué le Dr Pierre Ducq, président de la commission médicale de l’hôpital Duchenne.

Pour le couple et sa famille, la naissance de l’enfant est un véritable choc, d’autant que les médecins se montrent pessimistes quant à l’évolution de l’état de l’enfant.

L’enfant est inopérable

Pour ne rien arranger à leur détresse, les parents apprennent, quelques jours plus tard, que l’interruption médicale de grossesse a rendu leur enfant inopérable « On nous a indiqué que des taches étaient apparues sur la partie du cerveau qui n’était pas touchée. Selon les médecins, l’arrêt cardiaque a privé le bébé d’oxygène et cela rend notre enfant inopérable alors qu’avant, on aurait pu tenter quelque chose » a confié le père au Courrier Picard.

Les parents, en colère, vont déposer plainte contre l’hôpital.

Laissez votre commentaire