Un bébé meurt après avoir été alimenté au lait végétal

Un bébé meurt après avoir été alimenté au lait végétal

496
0
<<<
>>>

bébé lait végétalLes laits d’origine animale ou végétale ne sont pas adaptés à l’alimentation des bébés. Le lait infantile est l’unique alternative au lait maternel jusqu’à 3 ans. En Belgique, un couple n’a pas suivi cette recommandation et a nourri son bébé exclusivement au lait végétal durant plusieurs mois. Le petit est finalement décédé à l’âge de 7 mois. Les parents encourent jusqu’à 18 ans de prison.

Une intolérance au lactose et au gluten ?

Après l’allaitement, les parents ont supposé que l’enfant était intolérant au gluten et au lactose, sans consulter un médecin. Fléxitariens (végétariens flexibles dans les pratiques alimentaires) et responsables d’un magasin bio, ils ont donc proposé à leur bébé des laits de maïs, de riz, d’avoine, de quinoa ou de sarrasin. Un régime alimentaire que l’enfant aurait suivi de ses trois à ses sept mois, révèle le site belge 7 sur 7.

Dans la nuit du 6 juin 2014, le drame se produit. Trop faible, l’enfant succombe à son régime alimentaire. Ses parents, alertés par ses vomissements, l’auraient conduit chez un médecin-homéopathe, à une heure de route de chez eux. Le médecin leur demande de se rendre immédiatement aux urgences, mais trop tard : l’enfant meurt en chemin.

A lire aussi : 6 choses à savoir sur le lait en poudre

L’enfant souffrait de malnutrition et de déshydratation

Selon le procureur en charge de l’affaire, Pascal Persoons, l’enfant « était gravement dénutri. Aucun médecin ne leur a jamais diagnostiqué de quelconque intolérance au gluten ou au lactose. L’enfant n’a pas de dossier à l’ONE. Ce nourrisson a perdu deux kilos sans que ses parents n’agissent. Ils ont persisté à donner des alternatives au lait traditionnel. C’est de la malnutrition volontaire ». Il ajoute que l’aversion des parents pour la médecine traditionnelle a été plus forte et « les a poussés à rouler une heure avec un bébé malade plutôt que se rendre aux urgences les plus proches. Cela illustre bien la gravité des faits ».

De leur côté, les parents estiment avoir fait de leur mieux pour l’enfant : « C’est facile de juger après coup. À nos yeux, nous ne faisions rien de mal et avons fait de notre mieux pour soigner notre bébé » a confié le père. La maman a reconnu à l’audience qu’elle aurait « peut-être dû consulter un médecin plus vite ».

Les parents ont assuré que leurs deux grandes filles avaient d’ailleurs partiellement grandi avec des laits végétaux dans leur alimentation et qu’elles sont en parfaite santé. Depuis le drame, la famille a accueilli une troisième petite fille. Les parents ont confié à l’audience qu’ils « foncent chez un médecin dès que l’une des filles éternue ».

Le jugement est prévu pour le 14 juin prochain.

A lire aussi : Laits de croissance : indispensables ?

Laissez votre commentaire