Thomas Pesquet devrait faire avancer la médecine

Thomas Pesquet devrait faire avancer la médecine

128
0
<<<
>>>

astronauteC’est une date historique ! L’astronaute français Thomas Pesquet a quitté notre planète ce jeudi 17 novembre à 21h20 du Kazakhstan pour rejoindre la station spatiale internationale. Durant sa mission, qui devrait durer six mois, il participera à de nombreuses expériences dont certaines censées faire avancer la médecine. Perte osseuse, vieillissement des artères, troubles du sommeil, mal des transports, … Grâce à des capteurs situés sur la veste de l’astronaute, les scientifiques pourront récolter une multitude de données sur sa santé et ainsi faire avancer la recherche.

Ralentir le vieillissement des artères

Six mois dans l’espace équivalent à un vieillissement des artères de dix ans sur Terre. Les scientifiques vont donc pouvoir étudier le vieillissement artériel. Grâce à un capteur, Thomas Pesquet enregistrera, en effet, sa pression artérielle au début de la mission, à mi-parcours, avant son retour puis une fois sur Terre.

Ces données permettront d’évaluer son âge artériel et ainsi, d’évaluer les effets de la sédentarité extrême. L’objectif est de proposer des contre-mesures pour ralentir le vieillissement des artères et ainsi, de prévenir les maladies cardiovasculaires (infarctus, AVC, …), mais aussi certains cancers.

Prévenir l’ostéoporose

Dans l’espace, les mouvements et les déplacements ne demandent pas d’effort : cela est dû à l’absence de gravité. Thomas Pesquet, durant son voyage spatial, va donc perdre du muscle et des os.

Ce phénomène pourrait aider à prévenir l’ostéoporose, maladie caractérisée par une perte de la résistance des os qui prédispose aux fractures. L’objectif est de tester l’effet de la vitamine D, d’un régime nutritionnel adapté et d’exercices physiques sur la capacité de l’astronaute à récupérer de la masse osseuse.

Un autre objectif de cette mission est de tester un nouvel outil innovant permettant de mesurer l’évolution des os de l’astronaute durant l’expérience, mais aussi après son retour. Ce scanner est une véritable révolution technologique pour la recherche contre l’ostéoporose, car il permet de voir la structure de l’os en 3D avec une grande précision.

A lire aussi sur GDD-actu : Voyage vers Mars : de lourdes conséquences pour le cerveau humain

Laissez votre commentaire