Syndrome du canal carpien : à quoi est-ce dû ?

Syndrome du canal carpien : à quoi est-ce dû ?

242
0
<<<
>>>

canal carpien

Chaque année, en France, un peu plus de 130 000 personnes se font opérer parce qu’elles souffrent du syndrome du canal carpien. Ce syndrome désigne les troubles liés à la compression du nerf médian qui commande une partie de la sensibilité de la main et permet de réaliser des mouvements avec la main et le poignet. Fourmillements dans la main et insensibilité des doigts sont souvent les premiers symptômes. Tour d’horizon sur les principaux facteurs qui déclenchent le syndrome.

Des mouvements et postures

Des mouvements ou postures favorisent l’apparition du syndrome. Dans un contexte professionnel, les personnes étant amenées à effectuer des torsions du poignet, des mouvements répétés ou encore à maintenir leur poignet dans une position statique prolongée (conduite automobile) peuvent être concernées par le syndrome. En dehors du monde du travail, le jardinage, le bricolage ou encore le sport sont des activités favorisant l’apparition du syndrome.

Les hormones

Le syndrome du canal carpien atteint plus souvent la femme que l’homme et pour cause, parmi les facteurs déclencheurs, on retrouve les hormones. Ainsi, la grossesse ou encore la ménopause sont des circonstances favorables à l’apparition du syndrome.

Une anomalie ?

Certaines personnes ont naturellement un canal carpien étroit. En outre, suite à un traumatisme, celui-ci peut aussi avoir été déformé ou rétréci. Lorsqu’une anomalie apparaît à ce niveau, les risques de souffrir du syndrome du canal carpien sont logiquement plus élevés.

Certaines maladies

Le syndrome peut aussi être déclenché par certaines maladies. Par exemple, les personnes diabétiques sont particulièrement sujettes à le développer : 14 %  d’entre elles en sont atteintes et ce taux peut aussi monter jusqu’à 30 % lorsque ces personnes présentent des complications neurologiques dues au diabète. Autres maladies mises en cause : la polyarthrite rhumatoïde ou encore l’hypothyroïdie.

Laissez votre commentaire