Superbactéries : faut-il avoir peur ?

Superbactéries : faut-il avoir peur ?

185
0
<<<
>>>

SuperbacteriesLes Centres américains de contrôle des maladies (CDC) ont révélé, il y a quelques jours, le décès d’une femme infectée par une bactérie résistante aux antibiotiques. Un drame qui inquiète les spécialistes et alerte, une nouvelle fois, sur ces « superbactéries ».

Une urgence de santé publique

Fin 2016, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) l’avait rappelé, les bactéries résistantes aux antibiotiques sont une « urgence de santé publique ». Et pour cause, elles pourraient être à l’origine de plus de morts que le cancer, faisant pas moins de 10 millions de morts par an, dans les années à venir. Une situation qui entraînerait une régression des soins : la chimiothérapie et les actes dentaires et chirurgicaux courants deviendront de plus en plus risqués car les complications infectieuses deviendront difficiles, si ce n’est impossibles à traiter. La mort de cette septuagénaire aux États-Unis intensifie les craintes d’une perte totale d’efficacité des antibiotiques qui rendrait alors très dangereuses des infections aujourd’hui bénignes. D’autant plus que la résistance aux antimicrobiens menace aussi la viabilité de la production alimentaire. Les antimicrobiens sont, en effet, nécessaires pour lutter contre les maladies chez l’animal et produire ainsi des aliments de bonne qualité pour tous.

Comment l’expliquer ?

L’OMS considère que « l’apparition d’une résistance est un phénomène naturel qui résulte principalement de changements génétiques. Mais la mauvaise utilisation de médicaments tels que les antibiotiques a beaucoup accéléré ce processus ». Effectivement, les antibiotiques sont trop souvent utilisés à mauvais escient, pour soigner un rhume ou une grippe par exemple, qui ne sont pas des infections bactériennes. Et même si tout le monde se souvient du célèbre spot publicitaire « les antibiotiques, c’est pas automatique », l’opinion publique n’a pas encore conscience des répercussions de leur surconsommation.

A lire aussi : Antibiorésistance : utilisation de tests rapides

Laissez votre commentaire