Santé : comment vont les Français ?

Santé : comment vont les Français ?

191
0
<<<
>>>

SantePrès d’un tiers des Français se plaint de son état de santé, considérant qu’il est « assez bon », « mauvais » ou « très mauvais ». En réalité, que cache ce chiffre inquiétant ? L’IRDES (Institut de recherche et documentation en économie de la santé) et la DREES (Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques) se sont associés pour mener l’Enquête santé européenne EHIS-ESPS 2014, dans laquelle ils apportent des premiers éléments de réponse.

Des inégalités sociales

D’après l’enquête, l’état de santé des Français semble marqué par des fortes inégalités sociales. Ainsi, les personnes déclarant un « assez bon », « mauvais » ou « très mauvais » état de santé représentent respectivement 32 % des femmes et 29 % des hommes.

Une disparité également visible au niveau de l’âge, les plus âgés se déclarant, sans surprise, en moins bonne santé que les plus jeunes.

L’étude souligne également des différences selon le milieu social, au détriment des catégories défavorisées, en particulier les ménages d’ouvriers non qualifiés.

A lire aussi : La santé : première préoccupation des Français

Dépression : les femmes sont davantage concernées

Presque une femme sur dix et un homme sur vingt présentent des symptômes dépressifs, qui s’accentuent à partir de 75 ans, et touchent particulièrement les ménages d’employés. Avec 7 % de personnes concernées, la France se situe néanmoins dans la moyenne européenne.

Surpoids et obésité : des facteurs de risque

Parmi les facteurs de risque, l’excès de poids concerne 46 % de la population métropolitaine, le surpoids 31 % et l’obésité 15 %, soit moins que la plupart des autres pays européens participant à l’enquête.

Tabac : les Français, mauvais élèves

En revanche, 28 % des personnes fument, dont 22 % quotidiennement, soit un taux de fumeurs supérieur à la moyenne des pays européens. Ces deux facteurs de risque varient fortement selon les catégories socioprofessionnelles, au détriment, notamment, des ménages d’ouvriers.

A lire aussi : Santé : les spécialités les plus recherchées sur internet

Laissez votre commentaire