Puberté précoce : les perturbateurs endocriniens en cause ?

Puberté précoce : les perturbateurs endocriniens en cause ?

291
0
<<<
>>>

perturbateurs endocriniens puberté précoceChaque année, en France, 1 150 jeunes filles et 110 petits garçons présentent des signes pubertaires avant l’âge de 8 ans chez les filles, et 9 ans chez les garçons, comme le révèle une enquête de Santé Publique France, reprise par France Tv Info. Une croissance et une pilosité accélérées qui deviennent, très souvent, source de complexes. Si des causes ne sont pas toujours clairement identifiées, nos conditions de vie et particulièrement les perturbateurs endocriniens présents dans notre environnement sont, aujourd’hui, largement suspectés.

Des disparités géographiques

Ce qui met la puce à l’oreille des chercheurs, c’est l’existence de fortes disparités régionales au niveau de la fréquence des cas : « Il y a une vraie hétérogénéité spatiale en France de la répartition de ces cas. On voit déjà qu’il y en a plus dans le Sud que dans le Nord, et on a deux régions où les incidences sont plus fortes : autour de Toulouse et autour de Lyon. Et ça, c’est la même chose chez les garçons et chez les filles », souligne Joëlle Le Moal, médecin épidémiologiste qui a dirigé l’étude de Santé publique France.

Les scientifiques suspectent donc un lien fort entre l’environnement et le risque de puberté précoce. Ils émettent l’hypothèse que l’exposition aux perturbateurs endocriniens puisse être en cause dans la plupart des cas. Ces substances chimiques, omniprésentes dans nos quotidiens, auraient une activité sur le système hormonal de l’être humain et pourraient alors stimuler la puberté avant l’âge. Des études complémentaires seront nécessaires pour confirmer cette théorie.

A lire aussi : Perturbateurs endocriniens : les enfants sont contaminés

Laissez votre commentaire