Psoriasis : les thérapies ciblées

Psoriasis : les thérapies ciblées

167
0
<<<
>>>

psoriasis thérapies cibléesDémangeaisons, plaques, douleurs, … le psoriasis peut devenir très handicapant au quotidien. Pour le traiter, des solutions sous forme de crèmes, de pommades ou même d’injections existent. Lorsque celles-ci ne sont pas efficaces ou intolérées, les patients peuvent se tourner vers des thérapies ciblées. Explications.

Thérapies ciblées : qu’est-ce que c’est ?

Les thérapies ciblées correspondent à l’injection par le patient de médicaments, les biothérapies, dans le but de soigner un psoriasis modéré à sévère. Ces médicaments sont destinés à bloquer la formation des lésions en ciblant différents stades du processus immuno-inflammatoire responsable de la formation des plaques. Le psoriasis est, en effet, causé par un dysfonctionnement du système immunitaire.

Très efficaces, ces thérapies peuvent présenter des améliorations dès les quinze premiers jours. Généralement, leur action est jugée au bout de trois à quatre mois. En revanche, les spécialistes constatent qu’avec le temps, l’organisme s’habitue à la molécule et le traitement perd en efficacité. Dans ce cas, une biothérapie différente doit être prescrite.

Comment ça marche ?

La plupart du temps, le patient s’injecte lui-même la biothérapie sous la peau, grâce à des stylos préremplis. La fréquence des injections est fixée par le dermatologue. La première des prescriptions doit avoir lieu à l’hôpital : par la suite, un dermatologue de ville peut renouveler et adapter le traitement.

Pour qui ?

Les thérapies ciblées s’adressent uniquement aux patients présentant un rhumatisme psoriasique ou une forme modérée à sévère de psoriasis ayant testé au minimum deux traitements « classiques », mais pour lesquels ces derniers ne sont pas ou plus efficaces. Ces thérapies peuvent aussi être proposées lorsqu’un patient est intolérant aux autres traitements.

Y-a-t-il des risques ?

Le principal risque associé à ces traitements est celui de développer une infection grave, car les traitements affaiblissent le système immunitaire. Il y a également des risques rares de cancer ou de maladie auto-immune.

Pour cela, la prescription et le suivi de ces thérapies sont très encadrés, ce qui assure une utilisation raisonnée et sérieuse. Un bilan de santé complet est d’ailleurs réalisé avant le début de chaque traitement.

Laissez votre commentaire