Pourquoi baille-t-on ?

Pourquoi baille-t-on ?

182
0
<<<
>>>

baillerLa fatigue ou l’ennui entraînent parfois une irrésistible envie de bailler. Difficile à contrôler, ce phénomène n’est pas propre à l’homme : la majorité des mammifères baillent. Acte considéré comme banal par la plupart d’entre nous, le bâillement cache pourtant de nombreux mystères. Plusieurs théories tentent d’expliquer son action.

Un phénomène censé « éliminer le mauvais air »

Jusqu’au siècle dernier, une théorie d’Hippocrate, né environ en – 460 avant Jésus-Christ, persistait : selon ses dires, le bâillement permettait d’inspirer le bon air et d’expirer le mauvais. Mais de récentes études ont contredit cette théorie en expliquant notamment que les personnes qui ont des besoins en oxygène plus importants, tels que les sportifs, ou celles en insuffisance respiratoire, ne bâillent pas plus que les autres.

Un moyen de rafraîchir le cerveau

Une théorie plus récente, et plus largement défendue aujourd’hui, explique que le bâillement est déclenché par une augmentation de la température du cerveau. Le bâillement fonctionne alors comme un moyen de faire redescendre cette température : en augmentant le flux de sang artériel, le bâillement permet un flux plus frais à l’intérieur du cerveau.

Cette théorie explique d’ailleurs la raison pour laquelle le bâillement survient en cas d’ennui, de fatigue mais aussi lorsqu’il fait chaud ou que l’on est malade : dans ces situations, la température du cerveau est en effet plus élevée.

Une arme antistress

Le bâillement détend les muscles du visage et oxygène le cerveau. Ce phénomène est un excellent antifatigue et antistress : il est donc bon pour la santé. C’est pourquoi, certains chanteurs, avant de monter sur scène, provoquent des bâillements répétés.

Chez les animaux, ce comportement est facilement détectable : lorsqu’ils sont stressés, chez le vétérinaire par exemple, ils baillent. Il s’agit d’un moyen d’extérioriser et de soulager leur angoisse.

Un comportement social

« Un bon bailleur en fait bailler sept » énonce un célèbre dicton. Et pour cause : bailler est contagieux ! Ce phénomène peut être expliqué grâce à la capacité de l’Homme à ressentir de l’empathie. En se mettant à la place d’un autre, l’individu va ressentir les mêmes sensations et donc l’imiter. Il s’agit d’un élan inconscient, comme lorsque l’on voit quelqu’un souffrir et qu’on a l’impression d’avoir mal aussi.

Un signal d’alerte ?

Le bâillement est un stimulant aidant à rester vigilant. C’est particulièrement vrai en cas de conduite automobile : bailler est l’un des premiers signes d’un endormissement proche. Il prévient d’une baisse d’attention. À ce titre, l’effet contagieux du bâillement est particulièrement utile, car il contribue à la vigilance commune. Une bonne excuse pour bailler au bureau !

Laissez votre commentaire