Pollution : l’air du métro « nuit gravement à la santé »

Pollution : l’air du métro « nuit gravement à la santé »

736
0
<<<
>>>
metro-paris-pollution
Crédit photo : Fédération des Transports (CFDT)

Prendre les transports publics est un acte écologique favorisant l’amélioration de la qualité de l’air. Pourtant, les voyageurs et les travailleurs du métro parisien ne seraient pas épargnés par la pollution. À certains moments de la journée, les taux des particules fines (10 μg) y sont quatre à cinq fois supérieurs que ce qu’il est admis pour l’air ambiant.

Très remontée, la Fédération des transports (CFDT) souhaite alerter l’opinion publique de cette « situation scandaleuse ». Grâce à des tracts distribués vendredi dernier gare du Nord, la Fédération frappe fort : « respirer dans les tunnels du métro et du RER nuit gravement à la santé », clame le flyer. Une référence aux messages de prévention des paquets de cigarettes pour dire « non » à ce « scandale sanitaire ».

46 000 décès annuels liés à la pollution

D’après la Fédération des transports, 46 000 décès seraient liés chaque année à la pollution. 4 800 salariés seraient ainsi décédés entre 2004 et 2013.

Bien que les taux des particules fines (10 μg) dans les enceintes ferroviaires souterraines dépassent régulièrement la norme en vigueur (50 μg/m3), il est impossible pour les salariés de faire valoir leur droit.

En cause ? Le code du travail qui fixe le seuil maximal d’exposition à 5 000 μg/m3, soit 1 000 fois plus que le décret concernant l’air ambiant ! Selon la Fédération des transports, les directions des entreprises de transport en commun n’assument pas pleinement les risques auxquels sont exposés leurs salariés  et « se retranchent derrière la réglementation ».

Sensibiliser la population pour faire réagir les pouvoirs publics

En alertant ainsi les voyageurs à l’heure de pointe vendredi dernier, la Fédération des transports espère faire réagir les pouvoirs publics et les entreprises de transport urbain.

La Fédération attend notamment une réponse du ministre de la Transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot, afin que soient mises en place des mesures visant à limiter la pollution dans les espaces confinés.

« S’il faut inciter la population à utiliser les transports en commun, encore faut-il que l’air dans les enceintes ferroviaires soit moins pollué que l’air extérieur » conclue-t-elle.

Laissez votre commentaire