Perturbateurs endocriniens : enfin une définition

Perturbateurs endocriniens : enfin une définition

143
0
<<<
>>>

perturbateurs endocriens definitionsIls sont présents partout et représentent pourtant un danger pour la santé et l’environnement. Les perturbateurs endocriniens sont reconnus par la Commission Européenne depuis 2002, mais jusqu’à maintenant, aucun texte ne permettait de les déterminer précisément.

Les États membres de l’Union européenne ont finalement tranché ce mardi 4 juillet : les perturbateurs avérés et présumés devront désormais être définis et classés, afin d’être contrôlés par la législation européenne.

« Une avancée considérable »

Jusqu’à maintenant, un perturbateur endocrinien était reconnu par la Commission européenne comme « une substance ou un mélange exogène altérant les fonctions du système endocrinien et induisant de ce fait des effets indésirables sur la santé d’un organisme intact, de ses descendants ou au niveau des (sous)-populations ». Le problème ? Aucune de ces substances n’était réellement visée, et il était donc impossible de définir un champ d’action pour la législation européenne.

En votant favorablement pour la désignation de ces perturbateurs endocriniens, l’Europe ouvre la voie à l’interdiction de certaines substances. « On a fait en sorte de faire rentrer dans le champ de la définition des perturbateurs endocriniens des substances non pas avérées mais présumées, ça permet d’élargir le spectre et d’appliquer ce que j’appelle le principe de précaution » a confié Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique et solidaire, à FranceTV Info « C’est une avancée considérable ».

Les perturbateurs « avérés » et « présumés » seront désormais classés et hiérarchisés, afin de mieux identifier vers quelles substances les efforts doivent être menés. Les États membres ont débloqué un budget de 50 millions d’euros pour étudier ces substances dans les pesticides, mais aussi les emballages, les cosmétiques et les jouets pour enfants.

« On n’a pas gagné la guerre définitivement »

Si ce vote favorable est un premier pas en avant, le combat est loin d’être terminé. Dans un communiqué de la Commission européenne, la future réglementation semble se limiter dans un premier temps aux pesticides. Il faudra donc attendre avant que les perturbateurs présents dans les cosmétiques, les emballages ou encore les jouets pour enfants ne soient évalués.  « On n’a pas gagné la guerre, mais ce texte ouvre une brèche » a commenté Nicolas Hulot. Le chemin semble donc encore long avant de voir disparaître définitivement les substances nocives de nos vies quotidiennes. D’autant qu’avant d’être adopté, le texte devrait passer devant le Parlement européen puis le Conseil de l’Union Européenne.

A lire aussi : Perturbateurs endocriniens : les enfants sont contaminés

Laissez votre commentaire