Numerus clausus augmenté : un chiffre encore insuffisant

Numerus clausus augmenté : un chiffre encore insuffisant

158
0
<<<
>>>

Etudiants en médecineLa ministre de la Santé, Marisol Touraine, a annoncé jeudi à l’Assemblée nationale une augmentation, pour certaines régions, de 11 % du numerus clausus, soit 478 places supplémentaires en deuxième année d’études médicales. Cette mesure a pour principal objectif de répondre aux besoins de régions en manque de médecins. Sous l’apparente bonne nouvelle, le chiffre annoncé est loin d’être suffisant.

Des étudiants oubliés

Le numerus clausus détermine le nombre d’étudiants accédant à une deuxième année des études médicales. Pour l’année scolaire 2012-2013, 7492 places en médecine étaient ainsi mises en jeu. Pourtant, 55 696 personnes étaient inscrites cette année-là en PACES (première année commune aux études de santé). Soit 86,5% des élèves à qui l’on ferme directement les portes de la médecine ! Un comble quand on sait que la France a besoin de recruter des médecins à l’étranger pour faire face à la pénurie.

Une augmentation trop lente

D’après la ministre de la Santé, la mesure « a été déterminée en fonction des besoins identifiés localement, avec l’ensemble des acteurs ». Pourtant, d’après une prévision du conseil national de l’Ordre des médecins de juin dernier, la baisse des effectifs de médecins généralistes va continuer jusqu’en 2025, accentuant la désertification médicale. Si l’Ordre recense une augmentation de +1,7% des médecins en 2016 par rapport à 2015, cette hausse semble être insuffisante pour faire face au chiffre croissant des départs en retraite (+87,7% ces dix dernières années).

Laissez votre commentaire