Noyade : on peut mourir après avoir seulement bu la tasse !

Noyade : on peut mourir après avoir seulement bu la tasse !

518
0
<<<
>>>

noyade-secheAu Texas, les parents d’un petit garçon de 4 ans ont confié, au site Eyewitness News, que leur enfant est décédé d’une noyade … Huit jours après avoir bu la tasse. Les spécialistes nomment ce phénomène « noyade sèche » et constatent que cet accident touche davantage les enfants. Ils appellent les parents à la vigilance.

Noyade sèche : comment l’expliquer ?

Lorsque l’on boit la tasse et que l’eau pénètre dans les poumons, il existe un risque immédiat de décès. C’est ce que l’on appelle la noyade humide, celle que tout le monde connaît.

Dans de rares cas, la noyade est « retardée », c’est-à-dire que l’eau pénètre dans les poumons et vient « laver » le surfactant pulmonaire, un liquide qui a pourtant une fonction essentielle à la vie puisqu’il empêche le plasma sanguin de pénétrer dans les poumons. En son absence, il n’y a plus de protection. Le liquide du plasma vient inonder les alvéoles et les organes ne sont plus correctement alimentés en oxygène. Cela explique que la noyade sèche apparaît plusieurs heures, voire plusieurs jours après avoir bu la tasse.

Lorsque l’eau avalée est souillée, le risque est d’autant plus grand. Les poumons peuvent, en effet, être contaminés par ce qui était dans l’eau. Un phénomène susceptible d’entraîner une pneumonie très grave.

Cet accident tragique a probablement valu la mort d’un petit garçon Texan, il y a quelques jours. L’équipe soignante qui a tenté de réanimer le jeune garçon 8 jours après qu’il ait bu la tasse, a constaté que ses poumons étaient remplis de liquide. L’autopsie permettra de déterminer les causes officielles du décès.

Prévenir cet accident

Les experts recommandent aux parents de rester vigilants, notamment en cette période estivale durant laquelle les baignades vont s’intensifier. En cas de changement de comportement, de pâleur, de fièvre ou de gêne respiration après qu’un enfant ait bu la tasse, il faut le conduire aux Urgences.

A lire aussi : Brûlure, noyade, chute : attention aux accidents domestiques

Laissez votre commentaire