Notre nez a évolué selon le climat !

Notre nez a évolué selon le climat !

218
0
<<<
>>>

nez climatDroit, tordu, retroussé, épaté … La forme et la taille de notre nez ne seraient pas qu’une question de génétique ! À travers le temps, elles auraient évolué en fonction du climat. Ainsi, les personnes dont les ancêtres vivaient dans un climat chaud et humide auraient tendance à avoir des narines plus larges que les descendants de populations de régions froides et sèches. Un constat étonnant dressé dans une récente étude publiée dans la revue scientifique PLOS Genetics.

Des caractéristiques physiques adaptées à l’environnement

Pour arriver à ce résultat, une équipe de scientifiques a utilisé des images en 3D pour mesurer la forme du nez de 476 volontaires, dont les ancêtres vivaient dans le Sud et l’Est asiatique, en Afrique de l’ouest et en Europe du Nord.

Selon eux, les narines les plus étroites étaient décelées chez les descendants de populations de régions sèches et froides.

Comment l’expliquer ? Elles permettraient d’accroître l’humidité de l’air en le réchauffant, ce qui est appréciable dans de telles régions.

Mais ce ne serait pas le seul impact de l’environnement sur notre physique. Avant d’être une question de génétique, la couleur de la peau et la forme du visage seraient, elles aussi, fonction du climat.

Des conséquences anthropologiques et médicales

Au-delà de l’avancée anthropologique que représente cette étude, les scientifiques estiment qu’elle pourrait avoir des retombées médicales. En effet, la forme du nez pourrait impacter le risque de souffrir d’une maladie respiratoire, de la même façon que la couleur de la peau présente plus ou moins de risques de développer un cancer de la peau.

Cette idée reste néanmoins qu’une supposition. Les scientifiques estiment qu’il serait opportun d’approfondir le sujet pour savoir si la forme et la taille du nez sont liées au risque de contracter une maladie respiratoire quand une personne vit dans un climat différent de celui où vivaient ses ancêtres.

A lire aussi : ResApp : l’appli des maladies respiratoires

Laissez votre commentaire