Mars bleu : un mois de sensibilisation au cancer colorectal

Mars bleu : un mois de sensibilisation au cancer colorectal

207
0
<<<
>>>

mars bleuComme octobre rose, imaginé pour sensibiliser le grand public au cancer du sein, le mois de mars, surnommé mars bleu, est consacré à la lutte contre le cancer colorectal. Ainsi, l’Institut national du cancer, avec le soutien de nombreux acteurs tels que le ministère de la Santé et l’Assurance maladie, se mobilise, cette année encore, contre ce cancer, le deuxième plus meurtrier en France.

L’importance du dépistage

Le cancer colorectal touche 43 000 personnes en France et cause près de 17 500 décès chaque année. Pourtant, une détection précoce permet une meilleure guérison : dans 9 cas sur 10, le cancer peut être guéri lorsqu’il est dépisté à temps.

Afin de transmettre ce message à un maximum de personnes, une grande campagne d’information sera diffusée en ligne, à la télévision, à la radio et en affichage du 7 au 30 mars. L’Institut national du cancer souhaite ainsi rappeler l’importance du dépistage.

Un geste simple

Depuis 2015, le test a été simplifié : il peut être réalisé chez soi et pris en charge à 100 % sans avance de frais. Très simple, il nécessite un seul prélèvement de selles. Pour faciliter sa compréhension, l’Institut a publié en ligne un tutoriel expliquant son mode d’emploi de façon ludique.

Pour qui ?

Si vous avez entre 50 et 74 ans, vous faites partie de la population dite à « risque moyen ». Vous êtes donc invités à réaliser ce test tous les deux ans, disponible auprès des médecins généralistes.

Pour les personnes présentant un niveau de risque élevé ou très élevé, la conduite à tenir est différente. C’est le cas des personnes ayant un antécédent personnel ou familial de cancer colorectal ou une maladie inflammatoire chronique par exemple. Ces situations nécessitent un suivi spécifique par un gastroentérologue.

Votre médecin traitant est en mesure d’évaluer votre niveau de risque : n’hésitez pas à aborder le sujet avec lui lors de votre prochaine consultation.

A lire aussi : Movember : des moustaches contre le cancer

Laissez votre commentaire