Les vaccins accusés de causer l’autisme

Les vaccins accusés de causer l’autisme

337
0
<<<
>>>

vaccin autismeLa ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès Buzyn, a annoncé, dès sa nomination, qu’elle souhaitait rendre obligatoires 8 vaccins supplémentaires jusqu’alors recommandés pour la petite enfance, en complément des 3 vaccins actuellement obligatoires.

Alors que la ministre appelait à la confiance il y a encore quelques jours, le message semble avoir du mal à passer auprès de certaines familles septiques. Une centaine d’entre elles, persuadée d’un lien entre vaccination et autisme, a même décidé de mener son combat devant la justice.

Une action en justice contre quatre laboratoires

Cette action de groupe, menée par l’association Autisme Vaccinations, va être portée devant le tribunal de grande instance de Paris en septembre, comme le rapporte Le Parisien. Elle vise les laboratoires Sanofi, Pfizer, Eli Lilly et GlaxoSmithKline. Les familles mobilisées demandent « réparation des dommages causés par la vaccination pédiatrique », qui serait, selon elles, responsable d’une recrudescence des cas d’autisme chez les jeunes enfants.

À la tête de cette action en justice d’envergure : Martine Ferguson-André, militante acharnée, membre de la commission de santé d’Europe Ecologie-les-Verts, qui affirme que son fils, Tom, est devenu autiste après avoir reçu cinq vaccins à l’âge de dix mois. Le quotidien rappelle qu’à l’époque « les études réalisées n’avaient pas permis de conclure à un potentiel risque ».

11 vaccins obligatoires dès 2018

De son côté, le ministère de la Santé se veut rassurant : « La vaccination a permis de sauver des millions de vies, en enrayant la transmission de certaines maladies infectieuses et en participant à leur éradication. Les chiffres en attestent » a-t-il indiqué dans un communiqué du 5 juillet 2017.

Dès 2018, les enfants de moins de deux ans devront obligatoirement être vaccinés contre 11 maladies. L’extension de l’obligation vaccinale devrait permettre de répondre à des « enjeux majeurs de santé publique » a expliqué le ministère.

Laissez votre commentaire