Les médicaments soignent-ils moins bien les femmes ?

Les médicaments soignent-ils moins bien les femmes ?

378
0
<<<
>>>

médicaments femmesJusqu’à présent, les laboratoires pharmaceutiques ne faisaient pas la différence entre les sexes pour évaluer l’efficacité des médicaments. Résultat : ils sont généralement testés sur des hommes, et on sait désormais qu’ils donnent de moins bons résultats et plus d’effets secondaires chez les femmes. Des faits largement ignorés et pourtant inquiétants, révélés ce jeudi 6 avril, par la revue Science & Vie.

Les femmes sont doublement menacées par les effets indésirables

Il a été prouvé que les femmes et les hommes ne réagissent pas de la même façon aux médicaments et aux maladies. Par exemple, l’aspirine prévient l’infarctus chez les hommes alors qu’elle protège le cerveau féminin de l’AVC. Autre cas reconnu : la vaccination est plus efficace chez les femmes. L’exemple du vaccin contre l’herpès est certainement le plus marquant : lors des essais cliniques, il protégeait 73 % des femmes, mais nullement les hommes. Le vaccin a finalement été abandonné, faute de pouvoir financer des essais approfondis auprès des femmes. Un cas qui illustre parfaitement les différences entre les sexes.

Le problème ? Les femmes sont doublement menacées par les effets secondaires. Science & Vie révèle qu’une « analyse portant sur 25 000 prescriptions et menée en 2008 dans des hôpitaux allemands a ainsi pointé un risque d’effets secondaires, tous traitements confondus, 50 % supérieur chez les femmes après la prise de médicaments ! » De quoi inquiéter ces dames et les laboratoires pharmaceutiques !

Tenir compte des sexes coûte cher

Si les chercheurs connaissent désormais les risques d’exclure les femmes, elles semblent toujours être sous-représentées dans les essais cliniques. Comment l’expliquer ? Tenir compte du sexe prend du temps et coûte plus cher. Le risque de grossesse, la prise de contraceptifs hormonaux et le cycle hormonal peuvent effectivement faire varier les résultats. Les prendre en compte demande donc plus d’attention qu’avec des sujets masculins.

A lire aussi : Les femmes souvent exclues des essais cliniques

Laissez votre commentaire