Les dentistes et Agnès Buzyn renouent le dialogue

Les dentistes et Agnès Buzyn renouent le dialogue

296
0
<<<
>>>

dentistes ministre santéDepuis l’acception du règlement arbitral des tarifs dentaires en mars dernier par l’ancienne ministre de la Santé, Marisol Touraine, les dentistes ne décoléraient pas. Et pour cause, la profession jugeait cette réforme économiquement inacceptable. Dans l’objectif de renouer le dialogue avec les représentants des chirurgiens-dentistes et de relancer les négociations, la nouvelle ministre de la Santé, Agnès Buzyn, a reçu ce jeudi 13 juillet les trois syndicats CNSD, UD et FSDL. Une rencontre qui semble avoir porté ses fruits.

Réouverture des négociations

Rien n’est encore gagné puisque les dentistes et la ministre ne sont pas parvenus à trouver un accord, mais l’objectif de cette rencontre était tout autre. Il s’agissait en quelque sorte d’une réconciliation entre les professionnels de santé et leur ministre en vue de faire avancer le débat.

Et les syndicats s’accordent à penser qu’Agnès Buzyn a au moins l’avantage de ne pas être Marisol Touraine : « En recevant le 13 juillet les présidents de trois syndicats dentaires représentatifs, Agnès Buzin, ministre des Solidarités et de la Santé, met fin à 5 ans de mépris de notre ministère de tutelle en assurant les chirurgiens-dentistes français de sa considération » peut-on lire dans un communiqué de l’UD (Union Dentaire), tandis que la FSDL (Fédération des Syndicats Dentaires Libéraux) « remercie Mme la Ministre de son écoute et de son accueil ».

Fin du règlement arbitral ?

Si les tensions semblent apaisées, le débat, lui, est loin d’être terminé. Les points de divergence persistent entre la ministre et les syndicats.

Agnès Buzyn, de son côté, semble résolue à mettre en œuvre l’engagement du Président de la République de parvenir à un reste à charge nul sur les prothèses dentaires d’ici 2022, afin d’améliorer la prise en charge des patients et de réduire les inégalités d’accès au soin. La CNSD (Confédération Nationale des Syndicats Dentaires), elle, précise dans un communiqué avoir redit durant la rencontre qu’un « « zéro reste à charge » sur la totalité de l’exercice n’était pas envisageable » et rappelle que « le plus dur reste à faire ».

Pour permettre de faire avancer les négociations, la ministre de la Santé a annoncé que le règlement arbitral, qui devait entrer en vigueur à partir du 1er janvier 2018, ne serait effectif qu’à partir du 1er janvier 2019. Cela laisse donc un an supplémentaire aux deux partis pour trouver un accord qui se substituerait au règlement arbitral et mettrait en place une nouvelle convention dentaire de façon sereine.

Laissez votre commentaire