Le virus Zika contre les tumeurs cérébrales

Le virus Zika contre les tumeurs cérébrales

346
0
<<<
>>>

zika cancerTransmis par les moustiques du genre Aedes, le virus Zika est responsable de malformations neurologiques graves chez les fœtus lorsque leur mère est contaminée. Dévastateur pour les bébés, il pourrait aussi devenir une redoutable arme anti-cancer. Des chercheurs des universités de Washington et de San Diego (États-Unis) s’intéressent de près à cet agent infectieux. D’après leur étude publiée dans The Journal of Experimental Medicine, il pourrait détruire les tumeurs d’un des cancers les plus meurtriers : le glioblastome.

Le virus Zika pour combattre le cancer

Le virus Zika a récemment prouvé son pouvoir destructeur au Brésil. L’épidémie qui a touché le pays l’an dernier a infecté des milliers de femmes enceintes qui ont alors donné naissance à des enfants souffrant de microcéphalie, une maladie responsable d’un retard mental irréversible. Le virus Zika, en se logeant dans le cerveau des bébés, interrompt en effet leur développement cérébral.

Ce pouvoir dévastateur sur les cellules et les neurones pourrait donc se révéler bénéfique pour les patients atteints de glioblastome, un cancer souvent fatal dans l’année qui suit le diagnostic. Une mortalité importante notamment due à la résistance de certaines cellules aux traitements classiques.
Les chercheurs ont constaté que ces mêmes cellules ne résistaient pas au virus Zika. Un étonnant résultat découvert lors de plusieurs essais cliniques, d’abord sur des cellules de glioblastome prélevées chez des patients puis chez des souris. Les souris infectées par Zika ont ainsi vécu plus longtemps que les autres souris atteintes de glioblastome.

Il faut savoir que Zika ne présente pas de danger pour le cerveau adulte. Cet agent infectieux agit sur les cellules en développement des jeunes enfants, mais pas sur le cerveau formé d’un adulte. Les scientifiques espèrent donc que le virus puisse un jour les mener à une thérapie efficace contre le glioblastome et complémentaire aux traitements actuels.

Laissez votre commentaire