L’alcool aurait favorisé l’évolution de l’être humain !

L’alcool aurait favorisé l’évolution de l’être humain !

291
0
<<<
>>>

alcool-evolution-hommeTroubles du sommeil et de l’humeur, pertes de mémoire, anxiété voire dépression, … On le sait tous, une consommation excessive d’alcool est dangereuse pour la santé. Néanmoins, une récente étude rapportée par Sciences et avenir, témoigne que ce breuvage aurait permis à l’Homme d’évoluer, il y a dix millions d’années.

Une évolution génétique

L’ancêtre de l’Homme, en raison d’un assèchement climatique, aurait en effet été contraint de se nourrir de fruits tombés au sol … et donc parfois fermentés. Des aliments auxquels les primates auraient finalement pris goût, et qui auraient conduit à « une mutation (…) chez l’ancêtre africain des humains et des grands singes », rapporte le généticien Matthew Carrigan, du Santa Fe College (Gainesville, États-Unis) à l’origine de l’étude. Évolution qui lui aurait permis de « métaboliser l’éthanol – ou alcool éthylique – quarante fois plus rapidement ».

Pour les ancêtres de l’Homme, l’éthanol présentait bien des avantages : il ralentit le métabolisme, facilite la digestion et favorise le stockage des graisses. Néanmoins, il leur fallait le dégrader rapidement « pour éviter de succomber trop vite à l’ébriété, poursuit Matthew Carrigan. Car dégringoler, ivres, des arbres ou s’assoupir dans un environnement où rôdaient les prédateurs leur aurait été fatal ».

« Un lubrifiant social »

Ces travaux viennent conforter de précédentes études notamment l’hypothèse « des singes ivres » de Robert Dudley datée de 2004, selon laquelle notre espèce serait génétiquement prédisposée à être attirée par l’alcool et ses abus. Selon le biologiste, « nos ancêtres auraient notamment recherché très tôt ses effets sur l’humeur », ce qui aurait favorisé leur caractère aventureux.

Au fil des siècles, l’alcool aurait alors joué un rôle majeur, allant peut-être jusqu’à participer à l’invention de l’écriture et la fondation de villes ! Les plantes psychoactives et les boissons alcoolisées avaient aussi un rôle sacré : « Communiquer avec les dieux ou les ancêtres implique presque toujours l’usage d’une boisson alcoolisée, que ce soit le vin de l’eucharistie, la bière offerte à la déesse sumérienne Ninkasi, le “grog” viking ou l’élixir des tribus amazoniennes ou africaines » rapporte Patrick McGovern, professeur d’archéologie biomoléculaire à l’université de Pennsylvanie (États-Unis) et spécialiste réputé des breuvages anciens. « Ce lubrifiant social, ce stimulant qui altère la pensée » comme le qualifie le spécialiste, aurait aussi et surtout participé à la création, à la musique et aux arts …

« Si l’on ne se lasse pas de raconter l’histoire de ces breuvages, mieux vaut les savourer avec modération. » conclut Patrick McGovern.

A lire aussi : Alcool + Caféine = Cocaïne

Laissez votre commentaire