La chirurgie ambulatoire profite à la Sécurité sociale

La chirurgie ambulatoire profite à la Sécurité sociale

177
0
<<<
>>>

chirurgie ambulatoireDepuis 2010, la chirurgie ambulatoire, hospitalisation de moins de 12 heures sans hébergement de nuit, est devenue une priorité nationale et constitue un levier majeur d’optimisation de l’offre de soins. Les pouvoirs publics ont souhaité soutenir le développement de la prise en charge sans nuitée afin d’aboutir à une pratique ambulatoire majoritaire. Les objectifs : développer cette pratique encore insuffisante en France par rapport à d’autres pays comme les États-Unis, la Suède ou la Grande-Bretagne (un retard lié à une autorisation de la pratique en France seulement à partir de 1992) et réduire les coûts liés à une hospitalisation plus longue.

Des opérations de plus en plus nombreuses

En 2015, plus de 3 millions d’interventions chirurgicales ont été réalisées en ambulatoire, selon l’Agence technique de l’information sur l’hospitalisation, soit 51,9 % des opérations, contre 44,9 % en 2011. Une augmentation qui s’explique par les nombreuses innovations médicales et par le programme de Marisol Touraine, ministre de la Santé, favorisant le développement de la chirurgie ambulatoire, datant de 2012. Ainsi, des interventions de plus en plus lourdes, comme l’appendicite ou la pose d’une prothèse de la hanche, peuvent se dérouler en ambulatoire ce qui n’était pas le cas il y a encore quelques années.

Des économies pour la Sécurité sociale

La situation est avantageuse pour le patient qui peut rentrer chez lui de plus en plus tôt et ainsi éviter une nuit à l’hôpital, mais aussi pour les finances de la Sécurité sociale. Le ministère de la Santé estime que la chirurgie ambulatoire permettrait d’économiser 160 millions d’euros chaque année.

Laissez votre commentaire