Je me suis tordu la cheville : comment réagir ?

Je me suis tordu la cheville : comment réagir ?

221
0
<<<
>>>

cheville tordueLa gravité d’une entorse ou d’une lésion musculaire de la cheville dépend des structures atteintes. Vous ne pouvez pas connaître la gravité de la lésion simplement en jaugeant l’intensité de la douleur : la consultation médicale est donc nécessaire. En attendant, vous pouvez adopter les bonnes attitudes, pour vous soulager et éviter d’aggraver la blessure.

Les soins de première intention

Le protocole GREC doit vous permettre de prendre en charge immédiatement l’entorse.

G comme Glaçage : il faut refroidir la blessure le plus tôt possible, pour éviter qu’un œdème ou un hématome n’apparaissent. Vous pouvez alors appliquer de la glace dans un torchon propre sur la blessure pendant 15 minutes. Il existe également des solutions disponibles en pharmacie : des poches de glace, des bombes cryogéniques ou encore des gels antalgiques. L’opération doit être renouvelée quatre fois par jour. N’appliquez jamais la glace directement sur votre peau : cela risquerait de provoquer des brûlures.

R comme Repos : l’articulation a besoin de temps pour guérir. Il est donc recommandé d’utiliser des béquilles et de ne pas poser le pied par terre pendant plusieurs jours. Si la douleur vous paraît avoir disparu, respectez tout de même le temps de repos indiqué par votre médecin : l’articulation pourrait rester fragilisée.

E comme Élévation à 45° : pour faciliter le retour veineux, pensez à surélever votre jambe le plus souvent possible, notamment durant votre sommeil.

C comme Compression : il s’agit de rigidifier l’articulation pour la reposer grâce à une chevillère, des bandes adhésives ou encore une résine. Un médecin sera en mesure de vous indiquer la méthode recommandée selon la gravité de la blessure.

Pour soulager la douleur, vous pouvez prendre un antalgique : le paracétamol en première intention ou l’ibuprofène en cas d’inefficacité ou de douleur intense, en respectant la posologie et les contre-indications.

La prise d’un antalgique peut être associée à un traitement local anti-inflammatoire ou anesthésiant pour soulager les douleurs.

A lire aussi : Comment choisir son antidouleur ?

Laissez votre commentaire