IVG médicamenteuse : 5 choses à savoir

IVG médicamenteuse : 5 choses à savoir

176
0
<<<
>>>

ivg medicamenteuseEn cas de grossesse non désirée, une Interruption Volontaire de Grossesse (IVG) est possible. Elle peut être médicamenteuse ou chirurgicale. Sous quelles conditions peut-on avoir recours à une IVG médicamenteuse ? Explications.

Quand ?

Une IVG médicamenteuse est possible jusqu’à la fin de la 5e semaine de grossesse, soit maximum 7 semaines après le début des dernières règles. De 7 à 9 semaines d’aménorrhée, une IVG médicamenteuse peut encore être possible avec un protocole spécifique qui nécessite une hospitalisation.

Où ?

En milieu hospitalier, dans un centre d’orthogénie, en cabinet médical de ville ou dans un centre de planification.

Par qui ?

Par un médecin (généraliste, gynécologue) ou une sage-femme. Tous les médecins ne sont pas habilités à réaliser cet acte, réservé à des médecins remplissant certaines conditions légales et conventionnés avec un centre hospitalier référent.

Comment se déroule une IVG médicamenteuse ?

  • La 1ère consultationUne femme ne souhaitant pas poursuivre sa grossesse peut consulter en premier lieu son médecin traitant ou son gynécologue. Elle exprime alors son souhait de mettre un terme à la grossesse. Un examen clinique est réalisé, ainsi qu’une échographie de datation. Le médecin informe la patiente sur les différentes possibilités d’avortement qui s’offrent à elle et l’oriente, le cas échéant, vers un professionnel de santé habilité à réaliser l’IVG.• La 2ème consultationAu cours de la seconde consultation, la patiente confirme son souhait de mettre un terme à sa grossesse. Depuis janvier 2016, le délai de réflexion d’une semaine entre les deux RDV n’est plus obligatoire.Lors de ce rendez-vous, le premier comprimé est pris par la patiente, la mifépristone, qui interrompt la grossesse. Elle bloque l’action de la progestérone, hormone nécessaire au maintien de la grossesse, qui favorise les contractions de l’utérus et l’ouverture du col utérin.Des saignements plus ou moins importants peuvent alors survenir. L’œuf peut même déjà être évacué à ce stade. Toutefois, il sera indispensable, dans tous les cas, de prendre le second comprimé.

    • La 3ème consultation, de 36 à 48h plus tard

    Durant ce rendez-vous, le médecin donne le 2ème comprimé, le misoprostol. Il augmente les contractions et provoque l’avortement. Des douleurs de règles peuvent avoir lieu. Des antalgiques pour lutter contre la douleur sont souvent prescrits. Les saignements durent pendant environ 10 jours.

    • La visite de contrôle

    Elle doit avoir lieu entre le 14ème et le 21ème jour après la prise du premier comprimé. Elle est absolument nécessaire pour vérifier que la grossesse est bien interrompue et écarter toute éventuelle complication.
    Au cours de ce rendez-vous, le médecin s’assure de l’utilisation d’un moyen contraceptif adapté à la patiente.
    Un entretien psychologique est proposé, que la femme soit majeure ou mineur.

IVG médicamenteuse : des effets secondaires

Suite à la prise des médicaments, des douleurs de règles peuvent survenir, de même que des nausées, des vomissements, de la diarrhée.

L’IVG médicamenteuse connaît un succès dans environ 95% des cas.

A lire aussi :

Laissez votre commentaire