Instagram, le réseau social qui nuit à la santé mentale ?

Instagram, le réseau social qui nuit à la santé mentale ?

328
0
<<<
>>>

instagram santé mentalePour un grand nombre d’entre nous, les réseaux sociaux font partie intégrante du quotidien. C’est d’autant plus vrai pour les plus jeunes, chez qui le risque de dépendance est encore plus grand qu’avec l’alcool et la cigarette. Une récente étude de la Royal Society for Public Health et du Young Health Movement, dénonce l’influence des réseaux sociaux les plus populaires sur la santé mentale des jeunes.

Snapchat et Instagram : les mauvais élèves

Menée auprès de 1500 jeunes âgés de 14 à 24 ans, l’étude classe les réseaux sociaux selon leur influence négative ou positive. Si le bilan est plutôt positif pour YouTube, il l’est beaucoup moins pour Twitter, Facebook, et surtout Snapchat et Instagram. Les deux derniers sont classés comme étant les pires plateformes pour la santé mentale et le bien-être. Et pour cause, ils sont tous les deux « très centrés sur l’image et peuvent susciter un sentiment d’infériorité et d’anxiété chez les jeunes » explique Shirley Cramer, directrice générale de la Royal Society for Public Health.

Récemment, une nouvelle dérive du « culte de la minceur » a d’ailleurs fait son apparition sur Instagram : le ribcage bragging. L’objectif : se prendre en photo en rentant le ventre afin que les côtes soient le plus visible possible. Chez les plus jeunes, ce genre de comportement peut accentuer leurs problèmes d’image corporelle et aboutir à des troubles du comportement alimentaire parfois très graves.

Un appel à l’action des gouvernements

La Royal Society for Public Health et le Young Health Movement demandent aux gouvernements et aux réseaux sociaux d’agir afin d’atténuer ces effets négatifs, et de faire ressortir les côtés positifs de ces plateformes. Ils suggèrent notamment la mise en place d’un message d’avertissement des dangers, la possibilité d’utiliser ces plateformes pour repérer les jeunes en situation de souffrance et la mise en évidence des photographies retouchées.

A lire aussi : Un site de lutte contre l’addiction chez les jeunes

Laissez votre commentaire