Hémorroïdes : quelles solutions ?

Hémorroïdes : quelles solutions ?

143
0
<<<
>>>

hémorroïdesLes hémorroïdes sont un réseau de vaisseaux présent, à l’état normal, au niveau du rectum. Dans le langage courant, on appelle hémorroïdes l’ensemble des troubles qui peuvent toucher ces vaisseaux.

La crise hémorroïdaire est une pathologie très fréquente. Elle touche autant les femmes que les hommes, plus fréquemment entre 40 et 65 ans. La constipation, la sédentarité, la grossesse et l’accouchement favorisent l’apparition de la crise. Bien qu’elle ne menace pas le pronostic vital, elle peut être douloureuse et incommodante pour le patient. Lorsqu’elle persiste, un traitement endoscopique ou chirurgical peut être proposé. Avant d’en arriver là, des solutions naturelles ou médicamenteuses et des règles d’hygiène peuvent aider à stopper la crise.

Hygiène de vie

L’hygiène, au niveau de la zone anale, doit être irréprochable, notamment en cas de crise. N’utilisez pas de savons, de gels douche, de parfums ou de déodorants : uniquement de l’eau pour éviter d’aggraver l’irritation. Après les selles, pour vous essuyer, utilisez des lingettes pour bébé plutôt que du papier toilette et séchez délicatement la zone douloureuse. Pour vous soulager, il est conseillé de prendre 2 à 4 bains de siège froids par jour. L’eau froide a un effet anesthésiant qui soulage la douleur. Pour éviter les frottements, portez des vêtements en coton dans lesquels vous vous sentez à l’aise.

Au niveau de l’alimentation, évitez les plats épicés, la charcuterie, les plats en sauce, le riz complet, le chocolat blanc ou au lait et la consommation d’alcool. Privilégiez au contraire les légumes verts riches en fibres qui favorisent le transit, les fruits secs trempés (pruneaux, figues) et les fruits, notamment les fruits rouges.

Solutions naturelles

Des produits de phytothérapie peuvent aider à soigner les hémorroïdes naturellement. Certaines plantes ont, en effet, un effet vasoconstricteur comme le marronnier d’Inde ou le cyprès. D’autres favorisent la régénération des tissus en cas de lésions et préviennent l’infection bactérienne comme le noisetier ou la renouée bistorte. Enfin, des plantes possèdent des propriétés anesthésiantes et anti-inflammatoires comme le souci, l’achillée ou le mille-feuille.

Traitements par voie orale

Certains médicaments antalgiques peuvent aider à soulager la douleur. C’est le cas du paracétamol : sa prise doit toutefois être de courte durée. Si les symptômes persistent, la consultation médicale est nécessaire. En revanche, l’aspirine est déconseillée car elle favorise les saignements.

Sur conseil du pharmacien uniquement, la prise de laxatifs, pour lutter contre la constipation, et/ou de veinotoniques, pour le traitement des douleurs et des saignements, peut être conseillée pour stopper la crise.

Un professionnel de santé sera également en mesure de vous prescrire, si nécessaire, des anti-inflammatoires non stéroïdiens, efficaces contre la douleur liée à la thrombose hémorroïdaire.

Traitements cutanés

Pour compléter le traitement oral, des crèmes peuvent atténuer la douleur et l’inflammation. La plupart du temps, elles sont en vente libre en pharmacie. Dans d’autres cas, elles sont délivrées sur ordonnance et contiennent alors de la cortisone.

A lire aussi : Constipation : quels aliments favoriser ?

Laissez votre commentaire