Grossesse après 40 ans : quels risques ?

Grossesse après 40 ans : quels risques ?

1090
0
<<<
>>>

grossesse 40 ans risquesDésormais, les grossesses après 40 ans sont de plus en plus fréquentes. S’il ne s’agit plus de grossesses exceptionnelles, il n’en demeure pas moins que des risques existent. Quels sont-ils ?

Quels risques pour la maman ?

On considère qu’entre 20 et 30 ans est la période idéale pour concevoir un enfant. C’est en effet durant cette période que la fertilité féminine est à son maximum.

Avec l’âge, outre le fait que la fertilité diminue d’année en année, des soucis de santé peuvent venir se greffer :  hypertension, diabète, obésité, arthrose… Or, la grossesse représente un travail supplémentaire que l’organisme doit supporter : il doit être en bonne santé.

Au cours d’une grossesse après 40 ans, toutes les complications qui peuvent arriver lors d’une grossesse classique ont davantage de risques de survenir :

  • Les fausses couches sont plus fréquentes.
  • Il y a un risque de diabète gestationnel, surtout chez les femmes en excès de poids.
  • Davantage de problèmes d’hypertension, associée ou non à la présence de protéines dans les urines. Elle est deux à trois fois plus fréquente à la quarantaine, et peut entraîner une pré-éclampsie : la présence d’albumine dans les urines. Il s’agit d’une urgence : il peut y avoir un accouchement prématuré.
  • Aussi, les césariennes sont deux fois plus nombreuses pendant l’accouchement.
  • Les risques hémorragiques sont aussi plus importants.

Quels risques pour bébé ?

Pour une grossesse tardive, en ce qui concerne bébé, des anomalies chromosomiques de l’embryon peuvent survenir dues au vieillissement des ovocytes. Il y a alors un risque de trisomie.

Les risques de malformations sont aussi plus élevés.

L’amniocentèse : systématique ?

Jusqu’à il y a peu de temps, l’amniocentèse était conseillée de façon systématique après 38 ans. Maintenant, des indicateurs indirects permettent à des femmes ayant peur du risque de fausse couche après amniocentèse, de ne pas y avoir recours, grâce à une bonne surveillance dès le départ du développement du bébé, associée à celle des indicateurs. De plus, il existe d’autres méthodes que l’amniocentèse pour déceler la trisomie.

En résumé, la grossesse après 40 ans n’est pas contre-indiquée, si la mère a un état de santé qui lui permet d’être enceinte. Quoi qu’il en soit, il est préférable de consulter un médecin avant de mettre bébé en route, que l’on ait 18, 25, 32 ou 45 ans.

A lire aussi : Grossesse : attention aux effets du stress sur bébé !

Laissez votre commentaire