Du tabac chauffé, moins nocif ?

Du tabac chauffé, moins nocif ?

306
0
<<<
>>>
tabac-iqos
Crédit photo : http://vaping360.com/iqos-phillip-morris/

L’IQos, la nouvelle invention du géant du tabac Philip Morris, doit arriver en mai dans les bureaux de tabac français, a révélé ce vendredi 14 avril Le Figaro. Ce système électronique de tabac à chauffer est prétendu moins nocif que les cigarettes classiques. Son secret : le dispositif chauffe le tabac plutôt que de le brûler. Sans combustion, les risques pour la santé seraient ainsi considérablement réduits. Si la promesse a de quoi séduire les accros à la nicotine, qu’en est-il exactement ?

Aucun danger ?

En chauffant le tabac à 350 degrés contre 800 à 900 degrés pour les cigarettes, IQos évite la combustion. Or, on le sait, la combustion est nocive pour l’Homme : elle entraîne notamment la production de monoxyde de carbone, de goudron, de nitrosamine, de cadmium, d’hydrocarbures, de polycycliques ou encore de mercure. Des substances reconnues néfastes pour la santé.

Néanmoins, les recharges de l’IQos contiennent, tout comme les cigarettes, de la nicotine, à l’origine du sentiment de dépendance. Selon Bertrand Dautzenberg, pneumologue à l’hôpital de la Pitié-Salpetrière, interrogé par Europe 1 « ce produit est à mettre à la poubelle. (…) L’industrie du tabac veut semer la confusion entre ce produit et la cigarette électronique pour faire croire que c’est un bon produit. Non, c’est un produit addictif, qui va maintenir dans l’addiction et qui a été construit comme tel ».

Une alternative aux substituts nicotiniques ?

L’IQos pourrait-il néanmoins être une solution pour réduire progressivement sa consommation de tabac ? Pour le Dr Dautzenberg, c’est une mauvaise idée : « mieux vaut ne rien prendre du tout, mais si on fume, les substituts nicotiniques, la cigarette électronique ou les médicaments de prescription sont des modes de sortie, mais là, c’est une fausse sortie du tabac ».

Dans les mois à venir, des précisions sur les effets réels du dispositif devraient être apportées par des experts indépendants, bien que Philip Morris soit totalement convaincu que ce produit est à risque réduit.

A lire aussi : Des marques de cigarettes trop « glamour » bientôt interdites

Laissez votre commentaire