Courbure du pénis : des solutions

Courbure du pénis : des solutions

376
0
<<<
>>>

Un pénis courbé est assez banal : de nombreux hommes sont concernés par le problème, à divers degrés. Généralement, la courbure est liée à l’hérédité et n’est responsable d’aucune complication … Il faut simplement apprendre à vivre avec.

Lorsque la courbure apparaît ou s’accentue au fil des années, elle peut être causée par la maladie de La Peyronie. Dans ce cas, elle peut engendrer des douleurs, une dysfonction sexuelle, une déformation de la verge, une lésion permanente à l’urètre, une perte de confiance et une vie sexuelle difficile.

Maladie de La Peyronie : qu’est-ce que c’est ?

La maladie de La Peyronie se caractérise par une courbure non naturelle du pénis en érection. Cette courbure apparaît subitement, ou au contraire se développe progressivement. La maladie concerne essentiellement les hommes de plus de 50 ans.

Elle peut être due à un traumatisme antérieur, souvent passé inaperçu (rapport sexuel brutal, choc, blessure, …), mais d’autres facteurs prédisposants ont été identifiés comme la maladie de Dupuytren ou celle de Ledderhose.

Une plaque de tissu cicatriciel se forme alors à l’intérieur du pénis, sur l’enveloppe qui entoure le corps caverneux. Cette plaque peut survenir sur le dessus ou le dessous du pénis, et elle donne donc son « orientation » à la courbure (vers le haut ou vers le bas).

Quel traitement ?

Jusqu’à maintenant, les stratégies thérapeutiques étaient assez limitées. Mais dorénavant, les hommes souffrant de la maladie de La Peyronie peuvent suivre une thérapie par injection. Ce traitement fait appel à une enzyme qui détruit le collagène à l’origine des plaques. À la suite des injections, le pénis est remis en forme grâce à des séances stretching ou l’utilisation d’un « vacuum » (dispositif d’aspiration).

Le traitement peut s’employer en première intention, c’est-à-dire au moins un an après le début des symptômes cliniques. Son objectif : réduire la courbure lorsque celle-ci est supérieure à 30 degrés.

Il s’agit du premier traitement bénéficiant d’une autorisation de mise sur le marché (AMM) dans le traitement de la maladie de La Peyronie. Un espoir pour les hommes souvent très touchés psychologiquement.

A lire aussi : L’angine du pénis : oui, ça existe !

Laissez votre commentaire