Cheveux blancs, un risque de problème cardiaque ?

Cheveux blancs, un risque de problème cardiaque ?

524
0
<<<
>>>

cheveux blancs maladies cardiaquesLes cheveux blancs seraient un signe de risque de maladies cardiaques ou coronariennes (touchant les artères). Une découverte étonnante présentée, ce samedi 8 avril, lors du congrès Europrevent 2017 à Malaga (Espagne) par des chercheurs de la Société Européenne de Cardiologie. Explications.

Le vieillissement n’expliquerait pas tout

Le vieillissement est un facteur de risque de maladies cardiovasculaires, et souvent la cause du blanchissement des cheveux. Mais en dehors de ce phénomène, les cheveux blancs auraient aussi une incidence sur ces maladies.

L’athérosclérose (accumulation de graisses dans les artères) et le blanchissement des cheveux partagent, en effet, des mécanismes similaires tels que le stress oxydatif, un processus de réparation de l’ADN dégradé, des changements hormonaux ou encore le vieillissement des cellules.

Une meilleure prise en charge des patients

Pour établir le lien entre les maladies cardiovasculaires et les cheveux blancs, 545 hommes adultes ont été conviés par les scientifiques. Ils ont alors été classés en cinq groupes selon le pourcentage de cheveux de couleur ou blancs :

  • Groupe 1 – Cheveux complètement colorés
  • Groupe 2 – Cheveux colorés avec quelques cheveux blancs
  • Groupe 3 – Cheveux colorés et blancs sont égaux
  • Groupe 4 – Cheveux blancs avec quelques mèches colorées
  • Groupe 5 – Cheveux complètement blancs

Les participants ont ensuite passé une série de tests afin d’évaluer la présence ou l’absence de maladies coronariennes ou cardiaques. Résultat : en dehors des autres facteurs pouvant influencer l’apparition de ces maladies (hypertension, diabète, tabagisme, antécédents familiaux, cholestérol, …), les cheveux blancs augmentent le risque de problèmes cardiovasculaires. Ainsi, à partir du groupe 3, et plus les hommes présentaient de cheveux blancs, plus le risque était élevé.

Les scientifiques estiment qu’une étude plus large, incluant les femmes, devrait permettre de vérifier ces données. En attendant, ils recommandent aux personnes présentant des cheveux blancs ou l’un des autres facteurs de risque de pratiquer des examens réguliers, même si elles ne ressentent aucun symptôme.

A lire aussi : Maladies cardiovasculaires : les femmes ont des a priori

Laissez votre commentaire