C’est le printemps : les solutions contre le rhume des foins

C’est le printemps : les solutions contre le rhume des foins

326
0
<<<
>>>

printemps rhume foinsSi pour beaucoup, l’arrivée du printemps évoque le retour des beaux jours, pour d’autres elle peut être vécue comme un véritable calvaire. Nez qui coule, éternuements, démangeaisons, … Le rhume des foins, aussi appelé rhinite saisonnière, évolue chaque année à la même période. Il s’agit d’une affection qui se caractérise par une hypersensibilité au pollen. Si vous êtes concerné par ce problème, sachez qu’il existe des solutions préventives et curatives. On vous explique.

Les bonnes habitudes contre l’allergie

Pour prévenir ou atténuer les symptômes, il est nécessaire d’éviter au maximum l’exposition aux allergènes. Quelques astuces peuvent vous y aider :

  • En voiture, gardez les fenêtres fermées. S’il fait chaud, utilisez plutôt l’air conditionné.
  • Évitez de pratiquer des activités en plein air durant les heures de forte concentration de pollens, généralement entre 5 et 10 h du matin.
  • Déléguez le ratissage des feuilles ou la tonte de votre pelouse à un proche. Ces activités agitent le pollen et vous exposeront donc davantage.
  • Évitez de sécher vos draps ou vêtements à l’extérieur.
  • Si vous venez de passer plusieurs heures en extérieur, prenez une douche et changez de vêtements et de chaussures pour éviter de rester en contact avec le pollen.

Le recours à un traitement médicamenteux

Les mesures ci-dessus sont néanmoins difficiles à respecter au quotidien et ne suffisent pas toujours à éviter l’allergie. De nombreuses personnes ont besoin d’un traitement médicamenteux.

  • Des antihistaminiques sont fréquemment utilisés pour traiter le rhume des foins. Les médicaments antihistaminiques s’opposent aux effets de l’histamine, substance inflammatoire libérée lors de la réaction allergique. Ils peuvent aussi être utilisés à titre préventif quelques jours avant la période de pic des pollens.
  • Des sprays nasaux ou des collyres peuvent être utilisés localement en complément.
  • Des antileucotriènes peuvent être prescrits en cas d’asthme associé.
  • Des corticoïdes s’adressent aux formes sévères de l’affection. Ils sont prescrits lorsque les antihistaminiques ne suffisent pas.
  • Des antibiotiques peuvent être prescrits lors d’une surinfection.

Ces médicaments atténuent les symptômes de l’affection, en revanche ils n’en guérissent pas la cause.

La désensibilisation en dernier recours

Pour prévenir durablement le rhume des foins, la désensibilisation est la solution de dernier recours. Elle consiste à injecter régulièrement au patient de petites quantités d’allergènes en augmentant progressivement la dose.

Les injections sont pratiquées 1 ou 2 fois par semaine. Après 6 mois environ, le traitement d’entretien peut débuter. Les injections d’entretien sont généralement administrées une fois par mois. Après 3 à 5 ans de traitement, certains patients peuvent se passer d’injections.

Pour en connaitre davantage sur cette pratique, nous vous conseillons de prendre rendez-vous auprès d’un allergologue.

A lire aussi : Allergie respiratoire : quels sports sont contre-indiqués ?

Laissez votre commentaire