Bébé : le syndrome de tête plate de plus en plus fréquent

Bébé : le syndrome de tête plate de plus en plus fréquent

367
0
<<<
>>>

bébé tête plateLe nombre de bébés souffrant du syndrome de la « tête plate », aussi appelé plagiocéphalie, s’est multiplié ces dernières années : 1 enfant sur 3 souffrirait ainsi d’une déformation positionnelle à divers degrés. Un constat alarmant dressé par l’Association française de chiropraxie (AFC), ce 4 avril 2017, à l’occasion de la Journée mondiale des déformations crâniennes. Selon Le Parisien, l’association de parents Le Lien aurait, quant à elle, saisi la Haute Autorité de santé (HAS) afin que des actions officielles de prévention soient mises en place, ainsi qu’une évaluation médicale.

Plagiocéphalie : qu’est-ce que c’est ?

Le syndrome de la tête plate correspond à une déformation du crâne du nourrisson qui se caractérise par un aplatissement asymétrique sur l’arrière ou un côté de la tête. Il peut apparaître durant la grossesse ou dans les premiers mois de la vie de l’enfant. Dans ce dernier cas, la position du nourrisson lorsqu’il dort est généralement en cause : le contact prolongé de la tête contre le matelas effectue une pression pouvant déformer le crâne.

Quels risques ?

Si cette déformation positionnelle n’est pas corrigée, elle peut rester intacte à l’âge adulte. Selon Vincent Renard, chiropracteur et membre de l’AFC « une déformation sévère ne laissera pas que des séquelles esthétiques ; de nombreuses études s’interrogent sur l’incidence d’un déséquilibre de la mâchoire avec problème d’occlusion, d’un trouble visuel, auditif ou encore postural (scoliose) ». La plagiocéphalie pourrait également entraîner des retards dans l’apprentissage de la marche et de la parole.

Récemment, une étude Canadienne a estimé l’incidence des plagiocéphalies à 46% chez les nourrissons de 2 mois alors qu’elle était estimée à 22% en 2004, d’après l’AFC.

Comment éviter cette déformation ?

Pour l’association Le Lien, le nombre de cas pourra être réduit à condition que des mesures de prévention soient mises en place. Elle demande notamment à ce que les parents soient mieux informés à la maternité sur les positions adaptées au sommeil de l’enfant.

Si le faire dormir sur le ventre est banni pour lutter contre la mort subite du nourrisson, le positionner sur le dos ne serait pas la meilleure solution. L’AFC vous conseille de coucher bébé sur le côté, en alternant la position de sommeil quel que soit le lieu de couchage. L’association préconise également de changer la position (bras droit, bras gauche) au moment du biberon, les positions lors de temps d’éveil et les moyens de portage.

L’association Le Lien a, quant à elle, demandé à la HAS la mise en place d’une évaluation médicale. L’AFC invite les parents à se rendre chez un chiropracteur afin de déceler une éventuelle déformation du crâne, et de prendre en charge l’enfant si tel est le cas.

A lire aussi : Bébé régurgite : que faire ?

Laissez votre commentaire