3 choses à savoir sur le spotting

3 choses à savoir sur le spotting

234
0
<<<
>>>

spottingLe terme spotting fait référence aux saignements très peu abondants, généralement sous forme de traces, qui peuvent survenir en dehors de la période des règles. L’écoulement du sang se fait au « goutte à goutte » : c’est d’ailleurs la traduction de ce terme en anglais. Généralement, ces saignements sont ponctuels et ne sont pas inquiétants. Dans certaines circonstances toutefois, la consultation d’un spécialiste est nécessaire. GDD-actu vous dit tout.

En cause : un bouleversement hormonal

Un mauvais réglage entre les hormones du cycle menstruel, l’œstrogène et la progestérone peut provoquer ce symptôme. Il peut avoir plusieurs causes.

La contraception, et notamment la pilule, peut provoquer le spotting. Un mauvais dosage entraîne des dérèglements hormonaux et bouleverse le cycle. C’est également le cas pour les autres méthodes contraceptives (stérilet, patch, diaphragme,…). Si les saignements persistent, consultez votre gynécologue : il sera capable soit d’adapter votre contraception, soit de vous en prescrire une autre.

A lire aussi : Sexualité et stérilet : est-ce que ça fait mal ?

Le stress ou le décalage horaire peuvent entraîner un dérèglement hormonal, car, dans ces conditions, tout l’organisme est perturbé.

Le début d’une grossesse : beaucoup de femmes sont concernées par le spotting au début de leur grossesse. Généralement, le corps continu son cycle normalement et s’adapte petit à petit au changement. Les pertes peuvent alors apparaître durant les deux ou trois mois après la nidation. Le spotting (léger) est sans danger durant les premiers mois de grossesse.

La pré-ménopause est une période sujette au spotting. C’est le corps qui se prépare à une transition hormonale.

Les premières règles peuvent également provoquer le spotting. Là encore, le changement doit être assimilé par le corps, ce qui peut prendre plusieurs mois voire plusieurs années (jusqu’à deux ans).

A lire aussi : Contraception naturelle : qu-est-ce que c’est ?

Les signes qui alertent

Le spotting n’est généralement pas alarmant, mais si les saignements sont abondants et surviennent de manière répété, il est important de consulter un spécialiste. Dans cette situation, on ne parle plus de spotting mais de métrorragie. Les saignements peuvent alors cacher des problèmes médicaux, comme un fibrome sur la paroi de l’utérus. Souvent bénin et facile à soigner, le fibrome est une tumeur qui nécessite d’être surveillée.

Spotting et plaisir sexuel sont compatibles

Lorsque le spotting est bénin, il est compatible avec l’acte sexuel. Les saignements sont indolores, peu abondants et ne gênent pas le plaisir. Soyez tout de même vigilantes si le spotting est lié à la contraception : il peut indiquer un dosage insuffisant, et donc une grossesse est donc possible.

A lire aussi : Ados : peuvent-elles porter un stérilet ?

Laissez votre commentaire